AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Pueri-Fabula , forum RPG mêlant fantaisie et horreur « If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH 3603938144
Pensez à jeter un coup d'oeil aux scénarios et aux mini PV's
N'oubliez pas vous avez sept jours pour terminer votre fiche « If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH 2171735988
N'oubliez de voter régulièrement sur les topsites
Mais aussi, remontez régulièrement les sujets PRD et Bazzart
pour attirer les futurs membres et faire vivre le forum « If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH 4051915185

Partagez
 

 

« If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. » ▽ DINARZADE & ELEMIAH

My Wonderland is shattered. It's dead to me ▬ ALICE LIDDLE



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


I killed seven with one blow !

Elemiah Schneider

- it's my wonderland -
☞ ARRIVEE A WONDERLAND : 08/11/2013
☞ CONTES ECRITS : 77
☞ A TRAVERS LE MIROIR : le tailleur dans le vaillant petit tailleur.
☞ POINTS RP : 13





Elemiah Schneider
follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

« If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH Empty
MessageSujet: « If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. » ▽ DINARZADE & ELEMIAH   « If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH EmptyDim 22 Déc - 22:44

CUPID
(Oscar Wilde) ▽ Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder. 

« If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH Tumblr_mww4ymAdZ21sf5s9ho8_250J'étais dans une profonde léthargie, affaibli par ce manque d’oisiveté amoureuse. Oui, j'étais las, ennuyé par ce château, qui, pourtant était comblé de mille et une merveilles. Mon existence se transformait lentement en une gargantuesque agonie. Une douleur lancinante, pourfendant ma chair et mon âme, était venu s'installer vicieusement dans mon être. J'étais assoiffé par ce manque, et je ne pouvais me résoudre à penser à autre chose. En effet cette soif avait réussi à me dompter, m'asservissant à un tel point, que je n'avais même plus la force de m'échapper de ma tour d'ivoire. « Mon seigneur le tailleur ?» Je relevais doucement la tête vers l'immondice qui venait de s'adresser à ma personne. Il comprit rapidement sa faute, puisqu'il se jeta immédiatement après au sol, la tête contre terre pour me témoigner sa plus grande soumission. « Je voulais dire : O grand vaillant roi ! » La manière pathétique que le valet venait de faire preuve pour se rattraper auprès de moi, me provoqua un large sourire. Son manque de respect m'avait aidé à me détendre, il méritait alors le droit de vivre. « Que me veux-tu ?» « J'ai quelque chose qui pourrait vous faire plaisir, ô grand vaillant roi.» Je haussais alors un sourcil, curieux de savoir ce qu'il pouvait m'apporter. « Et cela est ? » Disais-je avec un air amusé. Le serviteur s'avança en silence et posa un petit sac étrange sur le bas de mon lit. « Qu'est-ce donc ?» Demandais-je avec le plus grand dédain. « Une poudre provenant des contrées désertiques, qui est réputé pour apporter un grand ravissement à son utilisateur. Et cela, pour votre seul bon plaisir, vaillant roi.» Je pris alors le sachet du bout des doigts, tentant de percer son mystère en le détaillant comme j'aurai pu le faire avec le corps d'une femme.  « Comment le sais...» Tentais-je de lui demander. Mais, en relevant la tête, le serviteur avait disparu, comme s'il n'avait été qu'un songe lointain dans les abysses de mon esprit. La tentation est un des plus grands fléaux que l'homme doit combattre. Parfois il réussit à abattre la bête tapis dans ses désirs profonds, et il résiste. Et parfois, il lâche les armes et se laisse engloutir par ses tentations. Personnellement je n'ai jamais vu l'intérêt de résister. Alors, sans réfléchir davantage, j'ouvris le sachet et absorba goulûment son contenu. La douleur qui me rongeait se dissipa dans les airs, se transformant en chimère d'un passé révolu. Néanmoins, je savais très que bien que cet état d'euphorie et d'allégresse n'était que provisoire.

« If you break my heart when I hold you close to me, I'll never let you go. »  ▽ DINARZADE & ELEMIAH Tumblr_lma3g7laMl1qb5q9gLa route avait été éreintante mais, j'étais enfin arrivé dans les dunes des sables, bien loin des contrées que j'avais l'habitude de parcourir. La douleur était bien plus sauvage qu'avant, il me fallait trouver cette poudre, et cela rapidement. Malheureusement ma quête était plus compliquée que je ne l'avais imaginée. Je ne savais plus où chercher, la peine qui ravageait mon cœur commençait à m'empêcher de réfléchir convenablement, tout devenait confus. Je marchais à présent droit devant moi, apeuré de sombrer dans une brume éternelle. Quand soudain, une lueur au bout de mon sombre tunnel apparut devant moi. Elle dansait avec une candeur dès plus révoltante, et dès plus alléchante qui plus est. Elle papillonnait avec innocence à plusieurs mètres de moi. Mais je pouvais,  de là où j'étais, sentir son parfum épicé et suave. C'était comme tendre une coupe de vin à un éthylique en voie de guérison : C'était d'une cruauté abominable. « Dinarzade, rentrez au palais je vous prie.» Et les portes se refermèrent sur ma lueur, me remettant aux mains blessantes des ténèbres. Il me la fallait, je la voulais, et elle serait mienne. Mais la tâche n'était pas simple, les portes du palais semblaient difficiles à franchir. Néanmoins, il serait idiot de me refuser la moindre chose et de me surestimer. Je n'avais été qu'un modeste tailleur au début de mon existence mais, à présent j'étais le plus vaillant et désiré des rois. Et comme je l'avais été devant le sachet offert par le serviteur mystérieux, je décidais, sans réfléchir davantage, d'élaborer un plan d'action pour atteindre ma jouissance. Je cognais violemment mon crane contre le premier mur que je vis, une première, une seconde, une troisième, une quatrième, une cinquième, puis une sixième, et puis une septième fois, jusqu'à ce que je saigne en abondance. La douleur, cette fois-ci physique, me rendit chancelant mais, je n'allais pas abandonner. Je m'effondrais devant les portes du palais, la tête ensanglanté, tout en espérant que ma princesse au parfum épicé et suave viendrait à moi. Je luttais de toutes mes forces pour ne pas sombrer dans les bras de Morphée ou d'Hadés. Quand soudain, les portes s'ouvrirent pour laisser apparaître cette princesse oriental, qui s'élançait vers moi. « Viens à moi... Ma jolie mouche.» Murmurais-je difficilement.